1. Home
  2. »
  3. Témoignage clients
  4. »
  5. Un ingénieur talentueux met au point le dispositif Viralink ® permettant d’éliminer les virus présents dans l’air

Un ingénieur talentueux met au point le dispositif Viralink ® permettant d’éliminer les virus présents dans l’air

Paul Byrne a développé Viralink®, un dispositif éliminant les pathogènes présents dans l’air, y compris le virus SARS-CoV-2, avec une efficacité de 99,9999% log 6. « Nous désinfectons votre air… Pour que vous ne rendiez pas votre dernier soupir ».

Paul Byrne, ingénieur mécanique agréé et ancien consultant en conception technique pour la NASA, a développé un dispositif entièrement fonctionnel capable d’éliminer les virus (y compris le SARS-CoV-2) présents dans l’air ambiant, en intérieur.

La nouvelle vient de tomber : Viralink détruit directement le SARS-Cov-2. Les tests menés par l’Université de Boston se sont avérés concluants : les radiations UVC détruisent le virus SARS-CoV-2 à hauteur de 99,9999%, ce qui correspond à une efficacité en Log 6.

Vous trouverez ici retranscrit l’entretien que nous avons eu avec Mr. Byrne et qui retrace le développement de VIRALINK®, depuis les premiers prototypes fonctionnels jusqu’à son intention d’amener le dispositif sur le marché pour le grand public.

Comment le projet a débuté, aux premières heures de la pandémie

Xometry : Comment tout a commencé ?

Paul Byrne : Nous étions en Janvier 2020 et il était évident que nous nous dirigions tout droit vers une pandémie à l’échelle mondiale, en raison du nombre croissants d’infections dues au virus SARS-CoV-2, responsable de la maladie COVID-19. J’ai alors décidé de mener quelques recherches afin de déterminer ce qui pourrait être développé pour aider à réduire l’impact de cette pandémie.

J’ai commencé par m’intéresser aux dispositifs médicaux de ventilation mécanique mais j’ai rapidement compris que cela ne ferait qu’aider les gens déjà affectés par la maladie, au moment où il était déjà trop tard. Alors je me suis penché sur comment purger l’air ambiant des différents pathogènes aéroportés, notamment grâce aux méthodes de stérilisation par ultraviolets (dont les radiations UVC). C’est ce qui m’a conduit à développer la série actuelle de machines de stérilisation aérienne VIRALINK-UVC300A/E.

Une chambre à UV pour détruire les virus

X : Pouvez-vous nous expliquer le principe de base de Viralink ?

PB : Parce que l’atmosphère de la Terre agit comme un bouclier contre les radiations lumineuses de type  UVC, aucun organisme ou pathogène n’a jamais évolué pour être capable de s’en protéger. La conséquence étant que tous les organismes y sont particulièrement susceptibles, les radiations UVC détruisant l’ADN contenu dans le noyau des cellules. C’est un fait bien connu, et c’est pourquoi des lampes à UV sont utilisées depuis un certain temps, en particulier dans les chambres d’hôpitaux. Cependant, cette approche présente deux inconvénients majeurs :

  • Une exposition directe aux UV est très dangereuse pour la peau. C’est la raison pour laquelle, quand la lampe est allumée, il ne doit y avoir personne dans la chambre ;
  • Ces lampes détruisent efficacement les pathogènes présents dans les zones directement exposées, mais il est probable que certains d’entre eux, dissimulés dans les recoins de la pièce ou dans des endroits peu accessibles, vont survivre.

J’ai donc commencé à chercher une nouvelle façon d’éliminer les virus dans l’air ambiant. C’est comme ça que le concept de Viralink a vu le jour : le système aspire l’air présent dans la pièce et le fait circuler le long d’une source intense de radiation UVC qui détruira les pathogènes qu’il contient (à condition, bien sûr, que la dose de radiation soit suffisamment forte), avant de relâcher l’air, une fois purgé, dans la pièce.

Viralink et sa chambre de ventilation

Pourquoi embaucher 4 ingénieurs, quand vous pouvez vous contenter de moi ?

X : Vous avez eu une carrière des plus intéressantes : ingénieur mécanique de formation, vous avez travaillé sur des projets pour la NASA et mené des études dans le cadre d’un doctorat sur la conception des réacteurs nucléaires. De quel genre d’expertise aviez-vous besoin pour créer Viralink ?

PB : Pour commencer, il faut avoir un esprit tourné vers les sciences pour comprendre les phénomènes biologiques et les technologies impliqués dans le projet. La construction de la structure demande d’avoir des connaissances en ingénierie mécanique, il faut aussi s’y connaître en électronique numérique et analogique pour concevoir les circuits imprimés pour le contrôleur principal, et il faut également avoir des connaissances en programmation pour réaliser un système d’exploitation embarqué capable d’orchestrer tout ça. Comme il me fallait concevoir mes propres cartes électroniques, il a fallu que j’utilise des logiciels CAO pour circuits imprimés… Et bien sûr, il vous faut l’appui d’un fabricant industriel vraiment calé pour vous fournir toutes les pièces dont vous avez besoin !

X : Vous aviez votre propre équipe pour gérer tout ça ?

PB : Non, juste moi.

X : Waouh, ça c’est impressionnant !

PB : Il a fallu aussi que je réalise le site internet de l’entreprise. En tant qu’ingénieur, mon slogan est : « pourquoi embaucher 4 ingénieurs, quand vous pouvez vous contenter de moi ? ».

Carte du contrôleur principal de Viralink

Silencieux et sûr

X : Existe-t-il déjà des produits similaires sur le marché ?

PB : Pas que je sache. Au cours de mes recherches, tous les produits que j’ai pu voir fonctionnaient en exposant directement la pièce aux UVC, ce qui est dangereux pour la peau mais aussi pour les yeux. Aucun système ne fonctionne sur le même principe que Viralink, avec des algorithmes similaires, et qui détruisent les virus dans une chambre interne où les UV restent confinés sans pouvoir s’échapper. C’est une machine on ne peut plus sûre.

X : Est-ce que c’est bruyant ?

PB : Non, c’est très silencieux, de l’ordre de 45 dB. Le système dispose également d’un mode de fonctionnement plus puissant, que l’on peut activer, par exemple, dans une salle de classe, une heure avant le début des cours, ce qui permet de traiter l’air ambiant plusieurs fois d’affilée. Au moment où la classe débute, le débit peut être réduit pour ne pas dépasser l’intensité d’un murmure, ce qui permet aussi d’augmenter le potentiel létal de la chambre de radiation.

Écran de Viralink, avec ses différents modes de fonctionnement

X : Voilà un appareil qui pourrait aussi bien être utile aux hôpitaux qu’aux écoles.

PB : En effet, mais pas seulement. Viralink peut traiter n’importe quelle pièce… Combien de pièces peut-il y avoir sur Terre ? On pourrait l’utiliser dans les hôpitaux, les écoles, les bureaux, n’importe quel endroit où les gens respirent, même dans les trains ou les bus.

X: Est-ce qu’il y a des contraintes d’espace ?

PB : Il y a différentes unités qui peuvent être ajustées à la taille de n’importe quelle pièce, y compris pour les très grands espaces comme les aéroports. En réalité, c’est plus une question de quantité d’énergie nécessaire pour maintenir l’environnement dans lequel l’unité opère. Il y a un compromis à faire entre l’énergie consommée par le système et le volume d’air que l’on peut effectivement traiter.

Et ensuite ?

X : Est-ce que vous avez aujourd’hui l’intention de mettre le produit à disposition du grand public ?

PB : C’est ce qui est prévu, en effet. J’adopte toujours le point de vue d’un investisseur, ce qui fait que j’essaie de trouver des réponses à toutes les questions qu’un investisseur pourrait se poser : « Comment ça fonctionne ? », « Est-ce qu’on peut le fabriquer ? », « Est-ce que l’électronique est au point ? », « Comment obtenir toutes les pièces spécifiquement conçues ? ». Ce qui m’effrayait le plus, ç’aurait été, par exemple, de contacter une cité scolaire et de me retrouver avec une commande de 1000 unités que je n’aurais pas été en mesure d’honorer, du fait que je n’aurais pas eu les ressources pour produire toutes les pièces à temps, ce qui les aurait incités à aller voir ailleurs. Cependant, j’ai la chance aujourd’hui d’être appuyé par Xometry, et ils ont prouvé qu’ils étaient capables de produire à la demande des pièces absolument éblouissantes. J’ai été sincèrement impressionné par la qualité des pièces qui m’ont été livrées, et grâce à Xometry, je pense avoir trouvé le fournisseur qu’il me faut pour envisager de passer à la production de masse.

Une des unités assemblées avec les composants sur mesure fournis par Xometry

X : Est-ce que ces appareils demandent un type particulier d’homologation ?

PB : Je me suis laissé dire que les hôpitaux pourraient avoir des exigences assez sévères. Mais enfin, quand on regarde, ce n’est jamais qu’un ventilateur et une lampe. À combien de normes faut-il satisfaire pour pouvoir allumer une lampe dans une pièce ? Ce qui importe le plus, c’est qu’il n’y ait aucun risque d’exposition aux radiations UV internes, dans quelque situation que ce soit. Il n’y a, de plus, aucune forte tension électrique à proximité des points de contact avec l’utilisateur, c’est donc parfaitement sûr.

Viralink® est une marque déposée, brevet déposé au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Un degré d’exactitude à vous couper le souffle

X : Quelle a été votre expérience avec Xometry ?

PB : Trouver un fournisseur Européen compétent était une de mes exigences les plus critiques. J’ai donc commencé à chercher ici et là et je suis finalement tombé sur Xometry qui semblait répondre à l’intégralité de mes besoins. Cependant, j’étais sceptique quant à leur capacité à produire toutes les pièces qu’il me fallait à des prix aussi bas, tout en maintenant un haut niveau de qualité. Quand les premières livraisons sont arrivées en Janvier, j’avais un peu peur de ce que j’allais trouver dans les cartons : si la qualité n’était pas à la hauteur, je n’aurais pas eu d’autres alternatives. Mais quand j’ai commencé l’assemblage, le degré d’exactitude était à vous couper le souffle. Faire appel à Xometry en tant que fournisseur a vraiment été une expérience formidable. Je n’ai plus à me soucier de la qualité. J’ai fait mon boulot d’ingénieur, vous avez fait le vôtre en tant que fournisseur, maintenant nous sommes prêts à apporter notre aide pour combattre la pandémie.

X : Mettons que demain, quelqu’un décide de commander VIRALINK, est-ce que vous êtes en mesure de répondre à la demande ?

PB : Grâce à Xometry, je peux recevoir très rapidement n’importe quelle quantité de pièces usinées en CNC ou fabriquées en tôlerie. J’ai déjà à disposition quelques unités qui peuvent être utilisées par mes clients à des fins de test, et nous sommes en mesure de fournir n’importe quelle grosse commande de machines VIRALINK dans un délai de 4 à 6 semaines. Ces machines doivent être vendues rapidement parce que, malheureusement, la pandémie ne va pas s’en aller comme ça.

Désignations du produit et spécifications

Ces produits ont été dotés de la désignation suivante : VIRALINK numéro de modèle U300A, B, C, D, E. La dernière lettre correspond au niveau d’intensité des radiations UVC. Chaque unité peut émettre un flux de radiation avec une densité surfacique phénoménale de plus de 5 000 000 µj/cm2, ce qui permet d’atteindre une efficacité en Log 6 (99,9999%) dans la destruction des pathogènes.

À l’heure actuelle, les pathogènes connus les plus résistants demandent une intensité supérieure à 800 000 µj/cm2 pour être détruit. Par conséquent, ces dispositifs sont aisément capables de gérer les infections dues à l’actuelle pandémie de coronavirus.   

Informations supplémentaires :

Coordonnées pour demander plus d’informations : admin@asepsisairproducts.com
Tel. portable UK : +44 7523 437 725
Tel. fixe UK : +44 1792 937 632
US Freephone : +1 214-646-3257


Xometry est le leader mondial des plateformes de fabrication industrielle à la demande. Nous mettons à votre disposition de vastes capacités de production, des devis délivrés en ligne instantanément et des prix attractifs. Grâce à notre réseau de plus de 2000 ateliers de fabrication partenaires en Europe, et plus de 5000 répartis dans le monde entier, nous sommes capables de garantir des délais de fabrication rapide, tout en offrant de multiples options de fabrication au travers de nos services d’usinage CNCd’impression 3Dde tôlerie et de moulage par injection. Xometry compte parmi ses clients aussi bien des start-ups que des multinationales du Fortune 100 (notamment BMW et Bosch). Nous pouvons tout fabriquer, depuis le prototype et la pièce unique, jusqu’à la production en série de plusieurs centaines de milliers d’exemplaires. Nous serions ravis de travailler avec vous !